Supméca, laboratoire de recherche, recherche écoles d'ingénieurs

Activités

 

Les activités de recherche à Supméca sont assurées par 83 personnels de Supméca, dont 39 enseignants-chercheurs et associés, 12 ingénieurs-techniciens, 28 doctorants et 4 administratifs, ils sont rattachés depuis 2015 au laboratoire QUARTZ, né de la fusion des laboratoires LISMMA (Supméca) intégrant des personnels de Paris 8, ECS-Lab (ENSEA) intégrant des personnels de l’ECAM-EPMI et L@RIS (EISTI).  

La Direction de la Recherche de Supméca a en charge l’aide au montage de projets collaboratifs (ANR, FUI, H2020…), les relations avec le tissus économique local, les collectivités territoriales, les pôles de compétitivité, les collaborations académiques et industrielles, nationales et internationales, appuyée par le service Gestion de la Recherche qui gère l’administration et la gestion budgétaire des activités de recherche de Supméca, et par le service des pôles techniques pour le support technique des activités de recherche.

Le laboratoire QUARTZ, dirigé par Jean-Pierre BARBOT (ENSEA) (avec le Professeur Marc ZOLGHADRI comme directeur adjoint à Supméca et Erik Taflin à l'EISTI), articule ses compétences et ses expertises autour de 9 thèmes, dont les 5 premiers sont majoritairement représentés à Supméca :

  1. Tribologie et Matériaux (Tribo-Mat) : réalise des travaux qui s’inscrivent dans le cadre des économies d’énergie, par réduction des frottements ou par mise au point de techniques d’élaboration à bas coût (utilisation de matériaux recyclés). Les activités portent également sur les gains de matière, par minimisation de l’usure ou par la conception de nouveaux matériaux composites à propriétés améliorées. 
  2. Formes mécaniques en statique et dynamique : l’objectif de recherche est l’étude des propriétés géométriques des systèmes articulés. Cette recherche s’appuie sur le postulat que les propriétés géométriques des systèmes mécaniques sont incluses dans les propriétés des systèmes algébriques qui les représentent. Les résultats obtenus apportent une assistance de haut niveau aux concepteurs, utilisateur d’outils CAO 3D, pour la re-conception et l’optimisation de solutions existantes ».
  3. Vibroacoustique et Structure (VAST) : leurs axes de recherche concernent l’analyse vibratoire et acoustique des systèmes mécaniques et des matériaux qui les composent, dans un souci de réduction des vibrations et du bruit. Ils contribuent à la modélisation, la simulation et à la mesure autour trois thématiques fortes : i) Maîtrise de l'amortissement dans les structures assemblées, ii) Ondes acoustiques et piégeage d'énergie dans les métamatériaux poro-granulaires, iii) Vibrations des structures et matériaux intelligents.
  4. Systèmes durables, qui  regroupe les outils et méthodologies associées à la (re-)conception et pilotage/contrôle des systèmes dits durables. Ces systèmes sont étudiés dans une perspective d’évolution tout au long de leur cycle de vie.
  5. Ingénierie des Systèmes Mécatroniques et Multi-physiques : leurs travaux portent sur la méthodologie de conception, la modélisation, la simulation et l’optimisation des systèmes mécatroniques et multi-physiques, basés sur une approche MBSE (Model-Based System Engineering) et prenant en compte les disciplines connexes qui leurs sont associés : Topologie, Safety et Diagnostic, Métriques, Multi-agents. 
  6. « Électronique des systèmes » : leurs travaux portent sur la méthodologie de conception, la modélisation, l’optimisation, la simulation et  l'expérimentation des systèmes électriques ultra rapides (au-delà de 100 Gb/s)  et des systèmes électroniques chaotiques.
  7. « Automatique et Énergies renouvelables » : dont les travaux portent sur d’une part l’automatique non linéaire sous tous ses aspects d’analyse, de conception et de commande des systèmes de production, de transport et   de transformation de l’énergie électrique.
  8. « Informatique » : dont les travaux portent sur d’une part sur la modélisation, conception et vérification formelle des systèmes complexes  à base de composants (distribués, mobiles, temps réels et hybrides),  et d’autre part sur l’ ingénierie de connaissances et applications : ontologies et applications aux web sémantique, e-Learning, intégration sémantique des données, composition sémantique de services, réseaux sociaux, etc.
  9. « Mathématiques appliquées » : dont les travaux portent sur divers aspects des mathématiques  en Finance (modélisation stochastique, EDP NL contrôle optimal stochastique), Physique (EDP NL et  représentations NL des groupes, théorie quantique des champs et dynamiques asymptotiques),  Statistique (DACE, i.e. Design and Analysis of Computer Experiments) et Algèbres tropicales dédiées à la gestion de systèmes complexes (certaines études de l'intégrale d'Itô)

Témoignages

Jean-Yves Choley

Jean-Yves Choley

Directeur de la recherche à Supméca


La formation d’ingénieur Supméca s’appuie sur des équipes de recherche qui ont comme axes principaux la tribologie et les matériaux, la vibroacoustique et la dynamique des structures, l’ingénierie numérique. Ces équipes travaillent au sein du laboratoire Quartz autour de thématiques communes que sont les systèmes, les matériaux et les processus d’ingénierie. Ces sujets sont envisagés sur l’ensemble du cycle de vie du produit et s’appuient sur des activités complémentaires de modélisation, d’expérimentation et de simulation.

Les compétences scientifiques des chercheurs de Supméca s’enrichissent des relations solides entretenues avec un cercle de partenaires internationaux à travers des activités de recherche communes, des échanges d’enseignants-chercheurs, des projets collaboratifs… Ces compétences sont mises au service de nos partenaires industriels tels que de grandes entreprises du secteur de l’aéronautique (Dassault, Airbus, Eurocopter), de l’automobile (Renault, PSA), du ferroviaire (Alstom, Bombardier), de l’énergie (Areva) ou encore du luxe et de la cosmétique (Cartier, L’Oréal), mais également au service de PME innovantes, par exemple dans le secteur des énergies renouvelables.

Les relations privilégiées avec nos partenaires industriels et académiques, français et internationaux, permettent à la formation de nos étudiants d’englober les tout derniers développements issus de la recherche et une approche internationale, qualités reconnues et recherchées par les industriels. 
Supméca regroupe 40 enseignants-chercheurs, 54 doctorants et 16 ingénieurs, techniciens et administratifs. Nos chercheurs participent aux projets des grands pôles de compétitivité de l’Île-de-France (Mov’eo, ASTech, Systém@tic), de PACA (Mer PACA-Bretagne, Pégase, Cap énergies), à des projets européens et pour l’ANR.