Menu
fr / eng

Un été avec nos étudiants – Charline VAN EVERCOREN

06 07 20

Pour mieux connaître Supméca, durant tout l’été nous vous proposons de faire connaissance avec nos étudiants.

Aujourd’hui nous vous présentons Charline, étudiante de la promo 2020 en parcours SPL. Charline revient sur son parcours qui a débuté par un intérêt pour l’aéronautique et qui s’est finalement spécialisée en systèmes de production et logistique (parcours SPL). 

 

Qu’est-ce qui t’a motivé à venir à Supméca ? 

Ce qui m’a motivé à venir à Supméca c’est le secteur de l’aéronautique, je voulais en apprendre plus et travailler dans ce domaine. Enfin c’est ce que je pensais en arrivant à l’école, il s’avère que j’ai pris un chemin bien différent de celui que je pensais prendre. Ce que j’aimais aussi c’est que l’école soit à Paris, pour la vie étudiante c’est super. 

 

Peux-tu donner des éléments de ton cursus de formation ou de tes choix à venir (stages, mobilité, parcours…) ? 

Je suis en troisième année, parcours Systèmes de Production et Logistique (SPL). Au départ je pensais que j’allais travailler dans l’aéronautique, j’ai même effectué mon stage opérateur d’un mois chez Safran Aircraft Engines en première année. Mais j’ai vite pris goût aux matières proches du parcours SPL, qui s’apparentent plus à de la gestion industrielle que ça soit en qualité, production ou logistique. J’ai donc effectué mon stage de deuxième année au siège social de Louis Vuitton à Paris pendant cinq mois, en tant que Key user d’un logiciel data (PowerBI) pour les retours clients, et j’allais sur plusieurs sites de production de manière autonome afin de mettre en place des outils qualité sur lignes de production. Cette expérience m’a totalement conforté dans mon choix de spécialisation. J’ai même participé (et gagné) à un concours avec l’Aéroport de Paris, ouvert aux étudiants, dans lequel nous proposions une amélioration continue de la zone Cargo. Finalement, je suis aujourd’hui en stage de fin d’étude chez Guerlain en tant que chef de projet BPF (Bonnes Pratiques de Fabrication) sur le projet le plus important de l’usine en 2020, et j’adore ce que je fais : vision précise du fonctionnement de toute l’usine et ses flux, gestion de budget, présentations à la direction, interactions avec de nombreuses personnes de l’usine…

 

Quel serait ton métier d’ingénieur idéal ? 

Mon métier d’ingénieur idéal serait un métier de terrain qui implique des responsabilités, de l’autonomie et beaucoup de relationnel : Chef de projet, avec un projet sur usine entière, ou ciblé qualité et production. Et si ce métier peut avoir lieu dans un grand groupe, alors je serais comblée. 

 

Quand tu ne fais pas de la méca, tu fais quoi ? 

À l’école, quand on ne fait pas de méca, on peut faire plein d’autres choses ! Durant toute l’année, le BDS et le BDE organisent beaucoup d’évènements, et il y a beaucoup de clubs/asso pour s’occuper. En fin de première année et début de deuxième année, ceux qui le souhaitent préparent la campagne à l’élection du BDE. On va au ski en février aussi. Personnellement, je ne fais plus de méca depuis un an, et je m’en porte bien. 

 Lien vers « un été avec nos étudiants »