Menu
fr / eng

Un été avec nos étudiants – Emeline RAYMOND

11 08 20

Pour découvrir Supméca, durant tout l’été nous vous proposons de faire connaissance avec nos étudiants.

Aujourd’hui nous vous présentons Émeline, étudiante de la promo 2022 : « J’aimerais travailler dans l’aéronautique ou l’aérospatial mais en alliant aussi écologie et respect de l’environnement »

 

Qu’est-ce qui t’a motivée à venir à Supméca ?

Pour être honnête c’était mon 2e choix et n’ayant pas pu avoir le 1er, je l’ai naturellement choisi. Cependant j’ai classé Supméca en 2e position parce que c’est une école généraliste orientée mécanique (ce que j’aime) qui donne accès, grâce à son appartenance au groupe ISAE et au réseau Polyméca, au monde de l’aéronautique et de l’aérospatial dans lesquels je voudrais travailler. Ses partenariats avec de grands groupes comme Safran et ses relations proches avec de nombreuses entreprises ainsi que sa proximité de Paris sont également de gros points forts.

Par ailleurs, je trouvais très intéressant le fait que les stages ne se fassent pas aux mêmes périodes que dans les autres écoles : cela permet de répondre à des offres qui ont peu de candidats et surtout d’avoir 2 étés complets de plus 😉

Le fait de fonctionner avec des projets me plaisait aussi car je n’en pouvais plus de faire uniquement de la théorie. Enfin, venant de Côte d’Azur j’étais un peu réticente à l’idée de monter à Paris, mais la vie à Saint-Ouen c’est l’avantage de la vie parisienne sans ses inconvénients (et il y fait beau quand même) !

 

Peux-tu donner des éléments de ton cursus de formation ou de tes choix à venir (stages, mobilité, parcours…) ?

J’ai suivi une formation classique en classe préparatoire au Lycée Thiers, à Marseille, en PCSI puis en PSI*. J’ai réalisé mon stage de 1re année en janvier dans une entreprise de maintenance aéronautique militaire en tant que mécanicienne sur hélicoptères. Je vais faire mon stage de 2e année, de fin août à fin décembre, au sein d’une startup parisienne qui fait du rétrofit électrique (transformation de 2 et 3 roues thermiques en électriques). Ce stage devrait me permettre de faire à la fois de la conception mais aussi de la mécanique pure où je pourrais véritablement « avoir les mains dans le moteur ». Je voulais au départ partir à l’étranger pour ce stage, mais la situation sanitaire ne le permettant pas, je tenterai ma chance pour le stage de 3e année en 2022. Je me renseigne aussi actuellement sur les masters spécialisés et éventuellement les doubles diplômes proposés par l’école, qui permettent d’enrichir notre formation.

 

Quel serait ton métier d’ingénieure idéal ?

Dans l’idéal, j’aimerais travailler dans l’aéronautique ou l’aérospatial mais en alliant aussi écologie et respect de l’environnement, car pour moi, c’est fondamental et c’est le rôle de notre génération, nous les ingénieurs de demain. C’est à nous de construire une société plus respectueuse et plus verte, en continuant à progresser dans tous les domaines.

Je souhaiterais également travailler dans une entreprise à taille humaine, qui me donnerait la possibilité de mener un projet de A à Z C’est à dire de concevoir une solution, de la modéliser, de réaliser des prototypes et enfin de les tester avant de les envoyer en production.

 

Quand tu ne fais pas de la méca, tu fais quoi ?

Avec le BaAaR dans l’école, on peut dire que l’une des activités favorites de la plupart des étudiants de Supméca c’est de s’y retrouver en fin de la journée. En dehors de ça, il y a de quoi se faire plaisir si on est sportif, que ce soit dans l’équipe de rugby, de foot, de hand, de basket… Ou encore dans les différentes assos de l’école comme Mécazik, Supmé4L, Mecalink, Supmékart, Supmécaéro, Sensum, le club rock, le club photo, Ecostudent et bien d’autres !

En été, le parc de Saint-Ouen est fait pour organiser des petites soirées entre potes, et la proximité de Paris permet de faire de belles sorties culturelles. On est aussi souvent invités aux soirées des écoles parisiennes comme Centrale ou les Ponts 😉 En bref, à Supméca, on ne peut pas s’ennuyer !

 

 

Lien vers « un été avec nos étudiants »