Menu
fr / eng

Projets de recherche

Les projets de recherche collaboratifs sont nombreux et variés tant dans les thématiques abordées que dans les partenaires académiques et industriels impliqués.

 

Projet EUGENE

  • Système production intelligent connecté reconfigurable
  • FUI 23, 2017-2020
  • Labellisé par le pôle de compétitivité Cosmetic Valley
  • Partenaires : PUIG, PKB, DPS, Supméca

Le projet EUGENE porte sur le développement physique et logiciel d’un système de supervision (plateforme EUGENIE) adapté à la diversité des lignes de production de l’industrie manufacturière cosmétique/parfumerie. Cette plateforme permettra d’augmenter la productivité des machines des lignes de manière intelligente & automatisée, en maximisant leur disponibilité, grâce à un diagnostic en temps réel, permettant une planification optimale de la maintenance.

 

Projet MIMe

  • Module d’Intégration et de simulation Mécatronique
  • FUI 19 2015-2018
  • Labellisé par les pôles de compétitivité Mov’eo, Systematic et i-Trans
  • Partenaires : Deltacad, Digital Product Simulation (DPS), Eiris Conseil, Estaca campus PAris Saclay, PSA – Site de la Garenne, Soyatec, Supméca, UTC, Valeo – Site de Cergy Saint Christophe

Le projet MIMe a pour objet de permettre la collaboration structurée, instantanée et efficace, dans le cadre de projets visant à concevoir des systèmes mécatroniques par la conception d’un logiciel facilitant l’échange de données entre donneurs d’ordre et fournisseurs. Ces projets ont un caractère fortement multidisciplinaire (mécanique, électronique, loi de commande, logiciel embarqué,…) et bien souvent multi-entreprises (donneur d’ordre et fournisseurs). MIMe a donc pour vocation de structurer les itérations et de rendre possible l’optimisation en mécatronique.

 

Projet RedHV+

  • Réducteur Haute Vitesse et haut rendement pour véhicule hybride
  • FUI 19 2015-2018
  • Labellisé par les pôles de compétitivité Mov’eo, Mont-Blanc Industries, Viameca et LUTB Transport & Mobility Systems
  • Partenaires : Cetim, ECAM Lyon, Hutchinson – Site de Chalette, INSA Lyon, IREIS, Supméca, NTN-SNR, Redex, TOTAL – Site de Solaize, Valeo – Site de Créteil

L’objectif du projet REDHV+  porte sur la possibilité de fabriquer à coût automobile un réducteur haute vitesse (30 000 à 40 000 tr/mn, puissance 20 à 40 kW) ayant un rendement supérieur ou égal à celui des boîtes de vitesse existantes), permettant ainsi l’utilisation de machines électriques haute vitesse dans des véhicules automobiles.

http://www.redhv.fr/

 

Projet CLIMA

  • Conception de liaisons mécaniques amortissantes
  • FUI 19 2015-2018
  • Labellisé par les pôles de compétitivité Astech, Nucléaire Bourgogne, Microtechnique et Minalogic
  • Partenaires : PME (ADERIS, AVNIR Engineering, Cedrat Technologies, SDTools, Texense), ETI (ADR-Alcen, Sopemea) et académiques (Supméca, FEMTO-ST).)

Le projet CLIMA traite la thématique du dimensionnement dynamique des structures et de la réduction des ambiances vibratoires. Les travaux sont focalisés sur les jonctions mécaniques, qui sont la source principale d’amortissement dans de nombreux cas. Des technologies sont développées, ainsi que des outils logiciels spécifiques pour l’identification et la prédiction de l’amortissement dans les jonctions. Les mots-clés sont : dynamique non linéaire, jonctions instrumentées/intelligentes, toolbox logicielles, amortissement, frottement. Le projet CLIMA a pour objectif de développer des assemblages mécaniques amortissants ainsi que des toolboxes logicielles pour l’identification et la simulation de leur comportement dynamique.

 

Projet METAUDIBLE

Le projet Metaudible est à la fois théorique et expérimental. Son objectif est de résoudre le problème de l’absorption du son à très basses fréquences en concevant et fabriquant un matériau absorbant très efficace dans cette gamme de fréquences et le plus fin possible. Pour cela, des mécanismes additionnels d’absorption et de dissipation seront utilisés, basés sur des phénomènes de résonances sublongueur d’onde, non-linéaire et de dissipation par contacts.

Des structures existantes (les métaporeux) seront améliorées en incorporant des résonateurs sublongueur d’onde optimisés dans un matériau poreux judicieusement choisi, tout ceci couplé avec des irrégularités de surfaces. En outre, de nouveaux métamatériaux (les matériaux métaudibles) seront conçus et fabriqués. Ils seront obtenus en combinant un nouveau matériau matriciel, composé d’un arrangement complexe de résonateurs ou de matériaux porogranulaires, à des résonateurs sublongueur d’onde optimisés, mais de dimension plus importantes ,et des irrégularités de surfaces. Ces matériaux seront fabriqués par une imprimante à cire 3D ou par frittage. Des expériences dédiées seront menées sur des bancs d’essai optimisés.

 

Projet MAIAS

  • Maîtrise de l’Amortissement Induits dans les ASsemblages                                            
  • FUI 9, 2010-2013
  • Labellisé par le pôle de compétitivité ASTech
  • Partenaires : ACM, ADR, AER, Arts et Métiers, CNES, EADS IW, JPB Systems, ONERA, SDTOOLS, Supméca

Le projet MAIAS vise à calmer les ambiances vibratoires et réduire la masse et la consommation d’énergie des systèmes aéronautiques et spatiaux. En effet, les amplitudes vibratoires des systèmes mécaniques, bien que déterminantes pour la durée de vie des structures restent mal prédites lors de la phase de conception des mécanismes.

Les objectifs du projet MAIAS étaient donc :

  • d’étendre la connaissance des comportements dissipatifs dans les assemblages tels que les systèmes vissés, rivetés mais aussi dans les liaisons cinématiques telles que rotules, pivots …),
  • de quantifier ces mécanismes de dissipation d’énergie (construction de bases de données expérimentales) ;
  • de développer des méthodes de dimensionnement des assemblages intégrant, dès la phase de conception, des données sur l’amortissement dans les liaisons (outils de valorisation des données expérimentales) ;
  • de concevoir des solutions technologiques d’assemblages amortissants, pour limiter les amplitudes vibratoires. Ces solutions seront intégrées : sans apport de composants supplémentaires (brevets) ;
  • de contribuer à faire évoluer le dimensionnement des systèmes mécaniques en prenant en compte l’amortissement, par enrichissement des méthodes de dimensionnement courantes principalement basées sur l’optimisation de la raideur (diffusion de l’information par publications scientifiques sur les mesures et les méthodes développées).